Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Manifestation contre les violences en Afrique du sud: un mort

Un homme a été tué par des manifestants dénonçant l’inaction des autorités face aux violences et crimes dans un township de Johannesburg, a annoncé jeudi la police-sud-africaine.

Selon la chaîne publique SABC et un autre média, la victime est un immigré zimbabwéen. Ce meurtre intervient alors que la colère populaire s’accroît contre la forte criminalité, parfois dirigée contre les immigrés accusés de la nourrir.

Des manifestations ont commencé mercredi dans le township de Diepsloot, après l’annonce que sept personnes y avaient été tuées le weekend dernier.

Des habitants, en colère contre la police, qui ne fait selon eux pas assez contre la criminalité, ont défilé dans les rues avec chants et pancartes, brûlé des pneus et campé devant la commissariat de police local.

Dans la soirée, un petit groupe de manifestants s’est mis à faire du porte-à-porte pour vérifier les papiers d’identité des résidents, a indiqué la porte-parole de la police, Brenda Muridili.

Alors qu’ils arrivaient devant une maison, un jeune homme en est sorti et s’est enfui, a-t-elle expliqué. « Ils l’ont poursuivi et malheureusement il a été tué », a-t-elle déclaré à la chaîne publique SABC.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a condamné ce meurtre. « Nous ne fermerons les yeux sur aucune criminalité. Toute forme de criminalité impliquant la mort de quiconque n’est pas acceptable et nous prendrons des mesures pour la traiter », a-t-il dit à la presse.

Ce crime a eu lieu quelques heures après une visite dans cette zone du ministre de la Police Bheki Cele et son chef de la police.

Plus d’une vingtaine d’immigrants illégaux ont été interpellés dans ce township de Johannesburg au cours des deux derniers jours, selon la police.

La criminalité en Afrique du Sud, un des pays les plus violents au monde, s’est encore aggravée à la fin 2021, atteignant 74 meurtres et 122 plaintes pour viol par jour au dernier trimestre, selon le gouvernement.

Depuis janvier, un mouvement baptisé « Opération Dudula » (« Refouler », en zoulou) rassemble par ailleurs quelques centaines de militants anti-immigration à chaque manifestation.

Une mobilisation nourrie par le ressentiment d’une partie de la jeunesse sud-africaine victime du fort taux de chômage (plus de 35% de la population), et l’implication d’immigrés dans certains crimes.

L’Afrique du Sud est régulièrement en proie à des flambées xénophobes. Soixante-deux personnes ont été tuées dans des émeutes de ce type en 2008. De violents heurts ont aussi éclaté en 2015, 2016 et encore en 2019.

Afp

Comments are closed.