Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Côte d’Ivoire: stupeur et inquiétude des riverains après l’effondrement mortel d’un immeuble

L’effondrement d’un immeuble en construction, vendredi à Abidjan, a provoqué la mort d’au moins six personnes qui travaillaient sur le chantier. Les drames de ce type sont récurrents dans la capitale économique, en pleine croissance urbaine.

Les tractopelles s’activent encore, sur le monceau de débris de ce qui était un immeuble de six étages en construction… Sous le regard des riverains. Certains ont été directement témoins de la scène, comme Eudoxie Tra Lou, qui travaille dans un salon de coiffure à quelques mètres de là, de l’autre côté de la rue.

« Nous étions assises ici, moi et mes collègues… Parmi ceux qui sont décédés, il y avait l’un des nos frères, Gédéon. »

Tout le quartier partage la même colère, la même tristesse. Eudoxie Tra Lou poursuit : « La majorité de ceux qui passaient dans le quartier, ici, à chaque fois qu’ils venaient ici et qu’ils voyaient l’immeuble, ils se plaignaient : « ça va tomber, ça va tomber. » Effectivement, ils ont eu raison. Quand nous sommes assises ici, on voit des agents des ministères, ils viennent avec la police. Ils sont venus près de deux fois, comme ça, avec la police, pour interdire les travaux. Mais deux jours après, les travaux reprenaient. »

La même peur, aussi, en particulier ceux qui travaillent également sur les chantiers. Bertrand Kolé, qui contemple les gravas en silence, est l’un d’eux.

« Je suis un ouvrier, je suis un plombier. Quand tu viens pour travailler en haut comme ça, tu as peur. Ça fait peur. Le matin, ils sortent de chez eux pour aller au travail, ils viennent, et puis ils ne rentrent plus. Là, c’est la construction qui était mal faite, on pense. C’est mal fait, très mal fait. Les gens ne font pas bien les immeubles. Il y a des immeubles, ça fait 10 ans, 100 ans qu’ils sont là. Ils n’avaient jamais cassé. »

Le chantier n’était pas autorisé, a indiqué le ministère de la Construction par communiqué. Il faisait l’objet d’une injonction d’arrêt des travaux depuis 2021.

En février et mars dernier, treize personnes avaient déjà été tuées dans les effondrements de deux immeubles, dont l’un en construction sans autorisation et l’autre construit illégalement.

rfi

Comments are closed.