Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Soudan : Amnesty dénonce des crimes de guerre contre les civils

Les civils sont victimes « d’une horreur inimaginable » au Soudan, où s’affrontent depuis le 15 avril l’armée et les paramilitaires, a déploré jeudi Amnesty international.

Dans un rapport intitulé « La mort a frappé à notre porte », l’ONG fait état d’une « généralisation des crimes de guerre avec des attaques aveugles et délibérées contre la population civile ».

Ce rapport porte surtout sur des faits relevés à Khartoum et dans la région du Darfour, dans l’ouest, et se base sur des interviews de 181 personnes dans l’est du Tchad et à distance.

« Partout au Soudan, les civils sont confrontés chaque jour à une horreur inimaginable dans le contexte de la lutte acharnée que se livrent les FSR et l’armée soudanaise pour le contrôle du territoire », a déclaré la secrétaire générale d’Amnesty, Agnès Callamard.

La guerre opposant l’armée, dirigée par le général Abdel Fattah al-Burhane, aux Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo, a déjà fait plus de 3.900 morts, selon l’ONG Acled, et près de quatre millions de déplacés et réfugiés, selon l’ONU.

« Des gens sont tués chez eux ou alors qu’ils cherchent désespérément de la nourriture, de l’eau et des médicaments. Ils sont pris entre deux feux quand ils s’enfuient, et abattus délibérément lors d’attaques ciblées », souligne Mme Callamard.

En outre, selon elle, « des dizaines de femmes et de filles n’ayant parfois pas plus de 12 ans ont été violées et soumises à d’autres formes de violence sexuelle par des belligérants des deux camps. Il n’y a pas d’endroit sûr ».

Des attaques ont ciblé des hôpitaux et des églises, et les pillages sont systématiques.

« La spirale de la violence dans la région du Darfour, où les FSR et les milices qui s’y sont alliées sèment la mort et la destruction, ravive le spectre de la tactique de la terre brûlée utilisée par le passé, avec parfois des acteurs identiques », constate-t-elle.

Selon l’ONG, « de nombreux centres médicaux et humanitaires ont été détruits ou endommagés dans le pays (…) La plupart des cas de pillage (…) mettent en cause des membres des FSR. Les attaques visant intentionnellement du personnel ou des biens humanitaires, ou des centres de santé ou des unités médicales, constituent des crimes de guerre ».

Amnesty International demande au Conseil de sécurité des Nations unies d’étendre à l’ensemble du Soudan l’embargo sur les armes qui s’applique actuellement au Darfour, et de garantir son respect.

« La communauté internationale doit considérablement accroître l’aide humanitaire et les pays voisins doivent veiller à ce que leurs frontières soient ouvertes pour les civil·e·s en quête de sécurité », a déclaré Agnès Callamard.

« Les pays disposant d’une grande influence sur les parties au conflit doivent utiliser leur position pour qu’il soit mis fin aux atteintes aux droits humains ».

Enfin, insiste Amnesty, « le Conseil des droits de l’homme doit (…) mettre en place un mécanisme indépendant d’enquête et de reddition de comptes qui sera chargé de contrôler, réunir et conserver les preuves des violations des droits humains commises au Soudan ».

africanews

Comments are closed.