Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

RDC : au moins 4 morts dans l’effondrement d’une école à Bukavu

Au moins quatre personnes sont mortes et une autre a été blessée jeudi dans l’effondrement d’une école en chantier à Bukavu, grande ville de l’est de la République démocratique du Congo, selon les autorités locales et des témoins.

Autour de 12h30 GMT, le complexe scolaire Omega La Merveille s’est effondré, provoquant la mort d’au moins quatre personnes dont le directeur de l’école primaire, un conseiller pédagogique et un enseignant, précise Patience Bengheya, bourgmestre de la commune de Bagira à Bukavu, où s’est passé le drame.

Dieudonné Kalabarha, un peintre qui travaillait sur un chantier voisin de l’école, a été témoin de la scène : « Les maçons étaient en train de creuser pendant qu’ils (l’équipe pédagogique) étaient en réunion. Les maçons ont remarqué un problème et ils ont pris la fuite. D’un coup, tout s’est effondré, (…) la dalle les a ensevelis ».

Cet ouvrier raconte avoir « tiré trois hommes des décombres ». Ils étaient déjà décédés. Typson Idumbo, porte-parole du gouvernement provincial du Sud-Kivu – dont Bukavu est le chef-lieu -, écarte la cause sismique disant qu’« il n’y a pas eu de tremblement de terre ».

L’est de la RDC, situé sur une des failles du rift est-africain, est sujet à une forte activité sismique, qui conduit occasionnellement à des effondrements de bâtiments et des éruptions volcaniques. La dernière en date a eu lieu en 2021 à Goma, à une centaine de kilomètres au nord de Bukavu, et a fait plusieurs dizaines de morts.

Une équipe a été dépêchée sur le terrain pour « commencer les premières investigations », déclare le porte-parole Typson Idumbo.

« Les personnes soupçonnées sont les constructeurs eux-mêmes et le propriétaire car ils n’auraient pas dû autoriser qu’on construise une fosse septique à l’intérieur » du bâtiment, s’emporte le bourgmestre Patience Bengheya.

« Imaginez-vous si on était dans la période où les enfants étaient à l’intérieur… ce serait plus grave que maintenant », lance le porte-parole. Mais « Dieu a fait en sorte que ça se passe pendant les vacances », conclut le bourgmestre.

Des glissements de terrain, des effondrements et des incendies spectaculaires endeuillent fréquemment les quartiers populaires de Bukavu. Plus d’une trentaine de personnes sont mortes dans des conditions similaires depuis le début de l’année.

Fondée au tout début du XXe siècle sur la rive sud du lac Kivu par les colons belges, Bukavu, ex-Costermansville, a été conçue pour environ 100 000 habitants. Ils seraient aujourd’hui environ 2 millions, un chiffre difficile à confirmer faute de recensement.

africanews

Comments are closed.