Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Une ONG accuse la Tunisie d’expulser massivement des migrants subsahariens

Les militants de la cause migratoire tirent la sonnette d’alarme au sujet des expulsions massives et des arrestations arbitraires en Tunisie, où les autorités voient arriver de plus en plus de migrants qui tentent la traversée de la Méditerranée entre ce pays d’Afrique du Nord et l’Europe.

Lundi, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux a accusé le gouvernement de mener une campagne de répression contre les migrants au détriment des préoccupations humanitaires, « pour satisfaire le chantage européen et assurer un flux constant de soutien financier et logistique ».

L’organisation a déclaré dans un communiqué que des témoignages indiquaient que la situation était devenue particulièrement grave autour des frontières de la Tunisie avec la Libye et l’Algérie, ainsi qu’autour de la deuxième ville la plus peuplée du pays, Sfax, qui est un point d’arrêt courant pour les migrants souhaitant traverser la Méditerranée.

L’organisation non gouvernementale a déclaré que les migrants de Sfax, qui se trouve à 188 km de l’île italienne de Lampedusa, font régulièrement l’objet d’arrestations arbitraires et de violences. Beaucoup voient leurs biens détruits.

Ce traitement ne se limite pas aux migrants qui entrent en Tunisie sans autorisation, mais s’étend aux réfugiés, aux étudiants et aux travailleurs.

Elle a déclaré avoir reçu des rapports fréquents d’expulsions massives à travers les frontières algérienne et libyenne. En Algérie, les migrants ont notamment été déportés dans le désert, quelles que soient les conditions météorologiques. Dans la Libye déchirée par la guerre, les expulsions conduisent souvent les migrants à se retrouver dans des centres de détention gérés par des groupes armés.

Les autorités tunisiennes ont déclaré que de petits groupes de migrants avaient été repoussés au-delà des frontières désertiques du pays, mais ont contesté les informations faisant état d’abus et d’expulsions systématiques.

Le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux a imploré le gouvernement de mettre fin aux expulsions, d’offrir un refuge aux migrants et de mettre à jour les lois afin de permettre aux sans-papiers d’obtenir un statut légal.

« La souveraineté ne s’obtient pas en intimidant les groupes vulnérables et en recourant à des lois obsolètes et à des circulaires discriminatoires, mais plutôt en lançant des politiques nationales qui garantissent la dignité, les droits et les libertés de tous les êtres humains », a déclaré le Forum.

La Tunisie fait l’objet d’une surveillance accrue quant à la manière dont elle traite les migrants. Selon le HCR, plus de 97 000 personnes ont traversé la Méditerranée de la Tunisie vers l’Italie en 2023. Les groupes de migration tunisiens estiment qu’il y a entre 20 000 et 50 000 migrants subsahariens dans le pays.

Les autorités tunisiennes reçoivent une aide financière de l’Europe pour la police des frontières. Le pays a négocié un accord d’aide d’un milliard d’euros (1,1 milliard de dollars) en juillet, qui comprenait une promesse de 105 millions d’euros (110 millions de dollars) réservés à la migration.

Malgré cette aide, le président Kais Saied a insisté sur le fait que la Tunisie ne deviendrait pas le « garde-frontière » de l’Europe et qu’elle n’accepterait pas les migrants dont les politiciens européens, y compris les leaders de la droite en pleine ascension, ne veulent pas.

L’année dernière, M. Saied a été accusé de racisme après avoir déclaré que la présence de migrants d’Afrique subsaharienne faisait partie d’un « plan criminel visant à modifier la composition démographique du pays ».

africanews

Comments are closed.