Afrikinfomedias
Afrikinfomedias est un groupe de médias ( Radio et TV) basée en Guinée à vocation panafricaine.

Le Canada plafonne les visas d’étudiants étrangers pour 2 ans

Le Canada a annoncé lundi un plafond de deux ans pour les visas d’étudiants étrangers afin d’alléger la pression sur le logement, les soins de santé et d’autres services à un moment où l’immigration atteint un niveau record.

Le ministre de l’Immigration, Marc Miller, a déclaré qu’il y aurait une réduction de 35% des nouveaux visas d’études en 2024. Il a déclaré que le programme des étudiants étrangers avait été exploité par des établissements proposant des diplômes « fictifs », ce qui a exercé une pression sur le logement et les soins de santé.

« C’est un peu le bazar, et il est temps d’y mettre un frein », a déclaré M. Miller. Le nombre de nouveaux visas accordés sera plafonné à 364 000. Près de 560 000 visas de ce type ont été délivrés l’année dernière.

Le gouvernement a déclaré qu’il y a actuellement environ un million d’étudiants étrangers dans le pays et que, sans aucune intervention, ce nombre continuerait d’augmenter. Le nombre total d’étudiants étrangers est plus de trois fois supérieur à ce qu’il était il y a dix ans.

M. Miller a indiqué que les autorités ont stabilisé le nombre de personnes entrant dans le pays chaque année, alors que la pression sur le logement s’accroît.

L’année dernière, le Canada a connu une croissance d’environ 1 million de personnes, atteignant le chiffre record de 40 millions, alors que de nombreux Canadiens sont confrontés à l’augmentation du coût de la vie, notamment des loyers et des prêts hypothécaires.

« On ne peut pas faire venir 1,25 million de personnes par an mais ne créer que 300 000 logements en moyenne et penser que l’on n’aura pas de problème structurel de logement », a déclaré Beata Caranci, économiste en chef du groupe TD Bank, lors de la conférence 2024 Annual Economic Outlook de l’Economic Club of Canada, au début du mois.

Le ministre de l’Immigration a déclaré qu’il existe des écoles peu scrupuleuses qui acceptent des frais de scolarité élevés de la part des étudiants étrangers sans leur offrir une éducation solide en retour. Dans certains cas, ces écoles sont un moyen d’entrer au Canada pour les étudiants qui peuvent transformer leur visa en résidence permanente.

« L’objectif de ce programme n’est pas d’offrir des diplômes de commerce ou de gestion fictifs à des personnes qui ne fréquentent même pas un salon de massage et qui viennent ensuite dans la province pour conduire un Uber », a déclaré M. Miller.

« Si vous avez besoin d’un canal dédié aux chauffeurs Uber au Canada, je peux le concevoir, mais ce n’est pas l’objectif du programme pour les étudiants étrangers », a-t-il ajouté.

Le chef du Parti conservateur du Canada, Pierre Poilievre, a qualifié ce programme de gâchis et a reproché à M. Trudeau d’avoir accordé des permis d’études à des dizaines de milliers d’étudiants qui fréquentent de fausses écoles.

Selon Nelson Wiseman, professeur de sciences politiques à l’université de Toronto, « les gens sont encore un peu sous le choc et réagissent aux fortes augmentations inflationnistes du passé ».

L’impact de l’immigration et de l’augmentation massive du nombre d’étudiants étrangers sur le marché du logement et les loyers fait l’objet d’un débat. L’opinion générale des économistes et du public est qu’il y a un lien. L’afflux d’étudiants a eu un impact important sur les loyers et non sur les prix des logements, car peu d’étudiants achètent des maisons.

Selon M. Wiseman, les objectifs en matière d’immigration resteront élevés si les conservateurs remportent les prochaines élections, qui se tiendront probablement en 2025.

« Les politiques sont motivées par des réalités économiques – une population vieillissante qui dépend des services sociaux financés par le gouvernement, tels que les soins de santé », a-t-il déclaré.

africanews

Comments are closed.